Marc Estève, un nouveau président à Espace19

« J’ai le privilège de pouvoir mettre mes pas dans ceux de Jean-Pierre, que je connais pour être depuis 17 ans membre du Conseil d’Administration qu’il préside ; le fait que Jean-Pierre accepte de poursuivre son engagement associatif avec Espace 19 est essentiel pour moi et surtout pour l’association. »

Ainsi débute la déclaration de candidature de Marc Estève, élu lors de l’Assemblée Générale 2016, qui présente ses pistes pour l’association :

Médiatisation et interpellation
« Dans une société déprimée et sclérosée, symbolisée par la cacophonie ambiante autour de la loi travail, ce sont les citoyens qui devront prendre la main, en proximité. C’est peut-être ça la future démocratie du XXI° siècle, avec un prisme très local. Je crois qu’Espace 19 peut et doit prendre toute sa place dans ce débat, innover, interpeler, mobiliser, médiatiser : c’est particulièrement le cas en ce moment avec l’accueil des réfugiés dans nos quartiers.
Bien sûr, cette interpellation n’est pas sans risque. Qui dit media dit exposition, polémique. Mais notre base, nos fondamentaux sont solides ; il en va de notre responsabilité d’acteurs sociaux. Médiatiser, c’est aussi permettre aux habitants de prendre la parole. »

La place des adolescents
« Il me semble que nous devons essayer d’en faire davantage pour les adolescents dans le contexte actuel. En petite enfance, Espace 19 a su créer les conditions d’une vraie mixité. Pour les petits, le soutien scolaire et les projets culturels jouent pleinement leur rôle, même si des ajustement sont bien sûr possibles.
En revanche, cela devient plus difficile dès la pré-adolescence. Là-aussi, il y a bien sûr des coups à prendre, des risques pour l’association. Là-aussi, le chemin reste à trouver. Que pouvons-nous imaginer ensemble ? Peut-être un espace ouvert, où l’on pourrait monter ses projets, réaliser son expo, discuter, chercher un job, devenir bénévole, etc. ? Le sociologue Emmanuel Todd nous montre à juste titre comment la jeunesse a été abandonnée ces dernières années. Ne renonçons pas. »

Comment faisons-nous association ?
« Cette question est ressortie fortement à la dernière Assemblée Générale. Comment l’association existe-t-elle pour les salariés, les bénévoles, les adhérents, les habitants ? Un gros travail avec les salariés a été initié sur les questions de transversalité. Mais concernant les bénévoles et les adhérents, quelle information reçoivent-ils sur l’ensemble des initiatives de l’association, sur ses projets ? Il y aurait bien d’autres sujets à aborder, à commencer par la question de l’emploi chère à Jean-Pierre. »

Marc Estève, avant d’être président, une participation à Espace19 pour agir dans un quartier avec ses habitants

Bénévole chez Espace19
« J’ai découvert Espace 19 en septembre 1997 avec une petite annonce dans Libération, qui m’a donné envie de m’engager comme bénévole en semaine dans un quartier que je connaissais surtout le week-end. Mon expérience précédente de bénévole m’avait conduit en prison : je suis intervenu de 1991 à 1995 à la maison d’arrêt de La Santé auprès des détenus, pour des cours d’anglais et des revue de presse dans le cadre du Génépi (Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées). »

« A Espace 19, j’ai hésité initialement entre soutien scolaire et alphabétisation ; le soutien scolaire me semblait peut-être plus à ma portée, n’ayant pas de formation spécifique à l’apprentissage de la langue. Mais les horaires des cours d’alphabétisation étaient plus compatibles avec ma vie professionnelle. J’ai donc eu la chance d’animer des cours d’alphabétisation à Riquet le mardi soir pendant 10 ans, toujours en binôme ce qui aussi contribué au plaisir de cette activité bénévole. »

De plus en plus impliqué dans une association au service des habitants du 19e
« Lorsque j’ai commencé, le quartier était bien différent : pas de Jardins d’Eole, de 104, ou de MK2 Quai de Loire. Mais déjà beaucoup de diversité, de jeunesse et de richesse culturelle, à l’image des adhérents de Riquet, à l’image aussi du super calendrier interculturel et inter-religieux qu’Espace 19 réalisait alors. En 1997, Espace Ardennes n’existait pas encore, Roger Madec venait d’être élu maire du 19° … et Jean-Pierre Zeganadin Président d’Espace 19. Vincent Mermet, futur directeur général, rejoignait lui l’association dans le cadre d’un service civil. En parallèle, j’ai été élu au CLA Riquet, puis au Conseil d’Administration. J’ai ensuite mis entre parenthèse mon engagement à Espace 19 pendant 2 ans à la naissance de mes enfants, puis je suis revenu comme administrateur et vice-président auprès de Jean-Pierre.

Ces dernières années, le hasard a fait que j’avais comme voisine de quartier Bernadette Malesieux-Dehon, une des fondatrices d’Espace 19 … en 1979 !! J’ai vécu des moments magnifiques avec Espace 19, comme la fête des 30 ans en 2009 au Parc de la Villette, et d’autres très difficiles pour l’association avec notamment le décès de Jean-Paul Rueff, un des piliers d’Espace Ardennes. Pour beaucoup des habitants du quartier, la situation est difficile sur le front du logement, de l’emploi. Espace 19 a un rôle à jouer par son histoire, ses valeurs, l’engagement quotidien de ses bénévoles ; mais aussi me semble-t-il en interpellant les politiques et acteurs institutionnels sur ce que vivent les adhérents. »

Pour en savoir plus sur la gouvernance et l’organisation de l’association, suivez ce lien : http://espace19.org/a-propos/organisation/

Pour en savoir plus sur notre projet et nos valeurs, suivez ce lien : http://espace19.org/a-propos/projet-et-valeurs/

Pour en savoir plus sur nos convictions, suivez ce lien : http://espace19.org/nos-interpellations/

dsc_0108-68

De gauche à droite : Jean-Pierre Zeganadin, vice-président, Marc Estève, président et Vincent Mermet, directeur d’Espace19